banner mobile

Drones

Aerobuzz (06/09/2017) - Les drones Reaper français vont être armés !
L’armée de l’Air le souhaitait depuis longtemps au nom de l’efficacité, mais le pouvoir politique avait jusqu’à présent refusé de franchir le pas, pour des raisons éthiques. L’usage excessif que font les Américains de leurs drones n’était sans doute pas étranger à cette hostilité.
African Manager (06/09/2017) - La France annonce l’armement de ses drones
La ministre des Armées, Florence Parly, a annoncé mardi 5 septembre sa décision de doter d’armement les Reapers français, qui ne servaient jusque-là qu’au renseignement. L’Hexagone doit encore obtenir l’autorisation de Washington, rapporte Liberation.fr
Atlantico (05/09/2017) - La France armera donc ses drones comme tout le monde
Rapide, efficace, sans danger : les défenseurs des drones se réjouissent aujourd'hui de voir la Ministre aux Armées Florence Parly faire le choix d'armer les drones dont elle dispose.
Cela ne sera qu'une formalité, puisque les "Reaper" dont dispose l'armée française sont de fabrication américaine et donc parfaitement adaptés à un armement. Et parce qu'ils ne sont que 6 pour l'instant, loin de l'armada outre-atlantique. Est-ce un hasard ? Florence Parly a assisté à une démonstration de drone fabriqué par Dassault dans la journée du lundi 4 septembre. Ce qui l'a semble-t-il convaincu de remiser quelques pilotes hors de leurs cockpits. Et la ministre s'est empressé de faire taire toutes les polémiques : non il ne s'agit pas de "robots tueurs", ce sont des drones utilisés dans un cadre de combat conventionnel.
 
 
BFMTV (06/09/2017) - Défense: ce que les futurs drones armés vont changer
L'armée française va se doter de drones armés, a annoncé mardi Florence Parly. Un équipement vanté pour sa discrétion, sa grande autonomie et sa rapidité d'intervention. (...)
Les six drones de surveillance de fabrication américaine Reaper que l'armée française recevra en 2019 devraient ainsi être équipés d'un armement, en attendant la mise en service d'un drone Male européen conçu avec l'Allemagne, l'Italie et l'Espagne à l'horizon 2025.
Boursier.com (06/09/2017) - Défense : La France va armer ses drones de surveillance
"Nous ne pouvons rester statiques", a expliqué Florence Parly. Ces drones auront pour but de mieux cibler les ennemis en terres hostiles. On pense notamment aux territoires contrôlés par l'Etat Islamique, qui désormais, en plus d'être surveillés pourront être visés et attaqués, sans risques de pertes militaires...

D'après la ministre des Armés, "les risques de dégâts collatéraux sont très limités", grâce à la précision de ces drones. Invisibles, silencieux et rapides, ces engins sont connus et utilisés régulièrement depuis 2001 par l'armée américaine au Moyen-Orient. Point négatif et sensible, le risque de bavure existe.

Capital (05/09/2017) - La France rejoint le club très fermé des nations utilisant des drones armés
C’est à l’occasion du discours de clôture de l’Université d’été de la défense que Florence Parly, la Ministre des Armées, a annoncé que la France va prochainement armer ses drones, jusqu’ici dédiés uniquement à la surveillance et au renseignement. Une décision qui entre dans le cadre de l’évolution des moyens de défense de la France face aux groupes terroristes à l’étranger.
France24 (06/09/2017) - Les drones de surveillance de l'armée française bientôt armés
"À l'extérieur de nos frontières, l'adversaire se fait plus furtif, plus mobile, se dilue dans les vastes étendues du Sahel ou se dissimule au milieu des populations civiles. Face à ce constat, nous ne pouvons rester statiques", a plaidé la ministre. "Nos modes d’action et nos équipements doivent s'adapter pour garder le temps d'avance qui est décisif pour atteindre nos objectifs", a-t-elle ajouté.
Franceinfo (05/09/2017) -Drones armés : "C'est une étape symbolique, pas une révolution"
Comme les Etats-Unis, Israël et le Royaume-Uni l'ont fait dans le passé, la France va se doter à son tour de drones armés. Florence Parly, en a fait l'annonce, mardi 5 septembre. "J'ai décidé d'engager le processus d'armement de nos drones de renseignement et de surveillance", a déclaré la ministre des Armées devant un parterre de militaires et de parlementaires, à l'Université d'été de la Défense à Toulon (Var). Dans un premier temps, il s'agira d'armer les drones Reaper achetés aux Etats-Unis et actuellement utilisés pour les opérations de surveillance des jihadistes au Sahel

Franceinfo a interrogé Frédéric Coste, maître de recherche à la Fondation pour la recherche stratégique (FRS) pour savoir ce que cette décision change vraiment.

Huffingtonpost (05/09/2017) - La ministre des Armées Florence Parly annonce l'armement des drones français
"J'ai décidé d'engager le processus d'armement de nos drones de renseignement et de surveillance", a déclaré Florence Parly devant un parterre de militaires et de parlementaires à l'Université d'été de la Défense à Toulon (...)
"En pratique cette décision concernera dans un premier temps les drones Reaper que nous avons acquis aux Etats-Unis. Il s'agira de les doter d'un armement guidé de précision", a expliqué la ministre. La France possède actuellement six Reaper, cinq basés à Niamey pour les opérations de surveillance des jihadistes au Sahel et un à Cognac (sud-ouest), dans une version non armée.
Israël Valley (05/09/2017) - Comme Israël, la France va se doter de drones armé
Le modèle israélien de défense a fait ses preuves et l’expérience de l’Etat Hébreu est très riche dans le domaine des drones. Un article de Libération annonce une action « évidente » pour les israéliens : « Paris va emboîter le pas aux Etats-Unis, à Israël et au Royaume-Uni. La ministre des Armées, Florence Parly, a annoncé ce mardi que la France allait se doter de drones armés. «J’ai décidé d’engager le processus d’armement de nos drones de renseignement et de surveillance», a-t-elle déclaré devant un parterre de militaires et de parlementaires à l’Université d’été de la Défense, à Toulon.
 
L'Opinion (06/09/2017) - « J’ai décidé de lancer le processus d’armement de nos drones »
Enfin ! La ministre des armées a pris une décision politiquement courageuse en annonçant, mardi à Toulon dans le cadre de l’Université d’été de la Défense, l’armement prochain des drones Reaper de l’armée de l’air. Cela pourrait se faire dès 2019.

Même si elle était convaincue de cette nécessité militaire, la précédente équipe avait reculé devant cette décision de crainte de susciter des polémiques à gauche. Au point de demander, jusqu’en décembre dernier pour les plus récentes livraisons, le « décâblage » des drones américains, comme le rappelle le sénateur Cédric Perrin (LR, T. de Belfort), auteur d’un rapport sur le sujet avec Gilbert Roger. La ministre a rappelé une évidence : « Non, un drone armé n’est pas un robot tueur ». En effet, il s’agit d’un engin piloté et dont les opérations restent sous contrôle humain, sauf que l’équipage est au sol et non à bord.

La Voix du Nord (05/09/2017) - La France passe à l’ère des drones armés
La ministre des Armées, Florence Parly, a avancé un pion spectaculaire lors des universités d’été de la Défense (UED), mardi à Toulon, annonçant avoir «  lancé le processus d’armement des drones de renseignement et de surveillance  ». À moyen terme (2019), cela concerne donc les Reaper, basés à Niamey au Niger au profit de l’opération Barkhane, mais aussi le futur drone MALE européen (espéré pour 2025 en partenariat avec l’Allemagne, l’Italie et l’Espagne).
Le Figaro (05/09/2017) - La France arme ses drones et fait tomber un tabou
«Armons nos drones, tout de suite, sinon il y aura d'autres Uzbin», s'alarmait lundi Cédric Perrin, sénateur (LR) du Territoire de Belfort, lors des 15es universités d'été de la défense à Toulon. Le parlementaire, coauteur avec Gilbert Roger (PS), en mai dernier, d'un rapport sur les «drones d'observation et drones armés», évoquait l'embuscade survenue en août 2008 en Afghanistan, lors de laquelle 10 soldats français avaient perdu la vie. La tournure de ce dramatique événement - un traumatisme pour l'armée française - eût été différente, peut-être, si la patrouille avait été appuyée par des drones capables d'ouvrir le feu.
Le Journal de l'aviation (05/09/2017) - La France lance l'armement des MQ-9 Reaper
La ministre des armées Florence Parly a annoncé ce 5 septembre lors des Universités d'été de la Défense qui se tiennent à Toulon la décision d'armer les drones MALE. "Le processus d'armement des drones permettra d'allier en permanence surveillance, endurance et capacité de frappe au moment le plus opportun", a déclaré la ministre à bord du BPC Mistral.
Il s'agira de "gagner en capacité et limiter les dégâts collatéraux", a-t-elle poursuivi, et "d'optimiser l'emploi des avions de combat". Afin de dissiper les doutes et lutter contre l'idée de "robots tueurs", Florence Parly précise que les règles d'engagement resteront les mêmes.
Le Monde (06/09/2017) - La France arme ses drones acquis aux Etats-Unis
La décision était considérée comme inéluctable par les opérationnels de l’armée de l’air, mais l’aspect sensible de l’affaire l’a longtemps retardée : les drones français seront bien armés, a annoncé la ministre des armées, Florence Parly, mardi 5 septembre, lors de l’université d’été de la défense, à Toulon. « Non, un drone armé n’est pas un robot tueur. Cette décision ne change rien aux règles d’usage de la force, au respect du droit des conflits armés », a-t-elle d’emblée pris la précaution d’ajouter. La lutte contre les groupes djihadistes en Afrique, mais aussi le fait que des alliés européens (Royaume-Uni, Italie, Allemagne) aient déjà pris la même décision ont motivé cette décision.
 
Le Parisien (05/09/2017) - Après un long débat, la France a décidé de se doter de drones armés
C'est un rattrapage technologique indispensable dans la guerre moderne. Après un long débat éthique et budgétaire, les drones de l'armée française seront bientôt équipés de missile air-sol. «J'ai décidé d'engager le processus d'armement de nos drones de renseignement et de surveillance», a déclaré la ministre des Armées Florence Parly devant un parterre de militaires et de parlementaires à l'Université d'été de la Défense à Toulon (sud-est).
La France rejoint ainsi un club comprenant notamment déjà les Etats-Unis, Israël, la Grande-Bretagne et l'Italie mais aussi au Moyen-Orient, l'Arabie saoudite, les Emirats arabes unis, l'Irak, l'Iran, le Pakistan et la Turquie, selon un rapport des sénateurs français Cédric Perrin et Gilbert Roger rendu public en mai.
Macommune (05/09/2017) - Armement des drones : Cédric Perrin est "satisfait" des propos tenus par la ministre des armées
Cédric Perrin, le sénateur du Territoire de Belfort et 1er vice-président de la commission des affaires étrangères et des forces armées, se déclare "satisfait" ce mardi 5 septembre 2017, suite à la déclaration de Florence Parly, ministre des armées. Elle a donné un avis favorable à l’armement des drones de moyenne altitude et longue endurance (MALE) Reaper utilisés par l’armée française.
Sciences Avenir (05/09/2017) - La France va armer ses drones militaires
C'est désormais officiel, les drones militaires des forces armées françaises vont désormais être dotés de capacités offensives. "J'ai décidé d'armer nos drones de surveillance", a affirmé la ministre des armées Florence Parly durant les Universités d'été de la défense qui se tiennent actuellement à Toulon. "Les drones armés allieront endurance, discrétion, surveillance et capacité de frappe au bon endroit et au bon moment. Grâce aux drones armés, nous protégerons mieux nos forces et mettrons une pression constante sur nos ennemis", a poursuivi la ministre dont l'allocution était retranscrite sur le réseau social Twitter.
Sputniknews (06/09/2017) - Le débat est clos: la France se dotera de drones armés
La France a annoncé mardi qu’elle se doterait de drones armés d’ici 2019, rejoignant ainsi des pays tels que les Etats-Unis, Israël et la Grande-Bretagne. Cette décision a ainsi mis un terme aux débats de longue date sur l’engagement militaire de la France sur les théâtres extérieurs. (...)
«Il s'agit d'une capacité clé du combat de demain, comme l'ont été, à leur époque, le blindé ou l'avion. La France ne saurait passer à côté sous peine de se voir déclassée», a donc insisté Florence Parly, ajoutant que le futur drone européen serait également doté d'armements tandis que sa première livraison est attendue à l'horizon 2025.