banner banner mobile

Jean-Jacques BRIDEY, Président de la Commission de la Défense et des Forces armées de l’Assemblée nationale

La vie politique française connaît aujourd’hui un très profond renouvellement. Cette aspiration au changement, les Français l’ont voulue avec passion et réalisée avec détermination. Elle aura des implications concrètes sur la manière dont notre Parlement travaille. Nouvelle culture, nouveaux échanges, nouveaux usages sans doute, autant de signes que notre démocratie représentative trouve toujours en elle-même les ressources pour retremper sa légitimité, au service de chacun de nos concitoyens. Pour autant, la définition du bien commun, les intérêts de notre pays, les impératifs de notre autonomie stratégique, eux, demeurent stables. Aujourd’hui comme hier, ils doivent être défendus avec ténacité, raison et efficacité, alors que notre environnement géostratégique connaît de grandes perturbations, et que l’équilibre de notre pacte social et culturel est remis en cause par une idéologie extrémiste violente et pernicieuse. Ces défis, les députés de cette nouvelle législature auront à cœur de les prendre à bras-le-corps, quelle que soit leur orientation politique. Ce sera particulièrement le cas en ce qui concerne le travail de la Commission de la défense et des forces armées, au sein de laquelle j’œuvre avec passion depuis des années, et que j’ai désormais l’honneur de présider.

Dans l’édifice des politiques publiques, certains piliers sont plus porteurs que d’autres. La Défense et les armées en font partie. Le Ministère des armées est régalien. Sans doute faut-il reprendre conscience des implications de ce mot très utilisé sans que sa définition soit toujours maîtrisée. Est régalien ce qui appartient en propre à l’État et ne peut faire l’objet de délégations. Ce mot renvoie à la notion de souveraineté, cette souveraineté qu’il nous appartient collectivement de défendre, en sachant articuler nos intérêts nationaux dans la perspective du destin commun européen. Le travail qui attend la nouvelle Commission de la défense et des forces armées de l’Assemblée nationale sera profond, intense, et porteur d’implications de long terme pour la France. Nos armées, engagées sur tous les fronts, méritent notre confiance et notre soutien. Cette confiance doit se manifester par des mesures concrètes, ce soutien par un volontarisme sans faille sur le plan du rapport équilibré qui doit régir les missions et les moyens. L’œuvre de la précédente Commission présidée par Patricia Adam a été unanimement saluée, avec raison. Je redis ici tout ce que le fonctionnement de cette instance parlementaire doit à son implication totale. Les missions effectuées auprès des forces sur le terrain, la diversité des rapports parlementaires, des auditions toujours plus nombreuses, sincères et précises font désormais de la Commission de la Défense un acteur incontournable de l’œuvre commune qu’est la protection permanente du territoire, du peuple et des intérêts de notre nation. Je suis très fier de la présider, à un moment stratégique où la France montre le pouvoir d’impulsion qu’elle peut et qu’elle doit avoir en Europe et dans le monde.

La Défense, pour être légitime et efficace, a besoin d’un débat stratégique nourri et vivant. Depuis 15 ans, les Universités d’été de la défense sont un rendez-vous majeur de ce débat. La Commission de la défense et des forces armées de l’Assemblée nationale coopère avec ce forum depuis son origine, en liaison étroite avec la Commission de la Défense et des Affaires étrangères du Sénat. L’unité de lieu et de temps permet la convergence de vue. Le travail commun de nos commissions en est facilité. Les échanges que nous y avons avec nos homologues étrangers, déjà précieux, vont l’être encore plus dans les années décisives qui s’annoncent. En rassemblant les responsables opérationnels, parlementaires et industriels pour des échanges précis et sans langue de bois, les Universités d’été sont un lieu où le renouvellement des pratiques, les nouveaux angles de vue et les solutions innovantes peuvent émerger. Je suis certain que cette édition 2017 sera, de ce point de vue, à la hauteur de nos rendez-vous précédents, pour le plus grand profit de notre Défense commune.